Aix en Partage

C’est avec beaucoup d’étonnement que nous avons pu constater l’attitude de la police municipale aixoise.

Ainsi, le syndicat étudiant UNI, parti prenant du comité de soutien « Génération avec Maryse Joissains », emmené par le colistier de Maryse Joissains, Rémi Capeau, (par ailleurs aussi responsable jeunes LR de la 14e circonscription et collaborateur politique de Sophie Joissains) s’est livré à une opération de communication surprenante et bien peu républicaine avec la police locale.

Ainsi, une demi douzaine d’étudiants de l’UNI et des candidats de la liste Joissains sont allés se faire photographier devant une vingtaine de policiers municipaux avec des pancartes de l’UNI, indiquant leur sympathie pour la police. Et ceci a été abondamment médiatisé par cette même organisation.

Il ne s’agit pas de discuter le travail de la police municipale pendant le Covid 19, mais ce que nous déplorons c’est l’entorse aux principes minimaux de la neutralité des forces de l’ordre. La police municipale n’a pas a être utilisée pour faire des rencontres et des photos pour aider à la promotion de tel ou tel syndicat étudiant et encore moins de tel ou tel colistier de la liste Joissains.

La police municipale gérée par la municipalité d’Aix et Mme Joissains n’a pas à pratiquer ce mélange des genres et encore moins entre deux tours serrés d’une élection municipale. Ce genre de pratique montre bien le degré de confusion et de déliquescence de la gestion municipale aixoise.

Les Aixois sont désireux d’une police de proximité qui s’occupe de leur quotidien en se déployant dans tous les quartiers, plutôt qu’une police instrumentalisée à des fins politiciennes en faisant des selfies avec les colistiers de Mme Joissains.

Il y a urgence à changer ce système de confusion générale dans la gestion municipale.

Confusion des genres : mais que fait la police… aixoise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *