Discours de Marc Pena le 7 décembre

Homme de gauche, engagé depuis longtemps dans notre ville, n’appartenant à aucune formation politique, comme beaucoup de personnes qui sont venus nous rejoindre aujourd’hui, je suis venu, il y a seulement quelques mois, vers ce collectif citoyens de tout horizon, que l’on appelle du beau nom d’Aix en Partage qui résume toutes nos valeurs.

J’y ai découvert une dynamique politique impressionnante qui se mettait en place de manière nouvelle et qui, quelques mois après, aujourd’hui même, bouleverse le paysage d’Aix en Provence.

Alors que nous avons dans cette ville, un maire sortant condamné par la justice et qui ne sait pas encore si elle pourra se présenter devant les électeurs, mais qui trouve normal de le faire; alors que l’un de ses adjoints élu à ses côté, qui a participé à la politique de la majorité municipale sortante, tente de nous faire croire qu’il veut « renouveler » les pratiques politiques de cette ville; alors que deux candidats du centre droit macroniste, députés, au mépris de leur engagement politique sur le non cumul des mandats, se dispute le leadership municipal d’une politique gouvernementale qui met des centaines de milliers de personnes dans la rue pour contester justement cette politique ; alors que l’écologie politique se fourvoie en se peignant aux couleurs d’une tête de liste, qui est encore suppléant de la députée République en Marche, demandant il y a encore quelques semaines l’investiture politique de ce mouvement, ou essaie, cette même écologie politique, une autre « formule », avec un candidat connu d’abord pour toutes les années qu’il a passé au côté de Maryse Joissains; alors donc, que la comédie politique la plus cynique se déploie sous nos yeux, celle que tant de gens rejette, celle qui fait l’abstention, le vote pour un parti d’extrême droite depuis si longtemps, qui nourrit la désaffection, le dégoût à l’égard de la politique et des affaires publiques; alors que chaque samedi des milliers de citoyens, depuis plus d’un an, sont dans nos rues, parce qu’ils ne veulent plus subir mais, au contraire, prendre leur destin en main; nous, nous rassemblons, dans un collectif de changement véritable qui semblait impossible il y a peu.

Toutes les forces de gauche y sont réunies. De nombreux militants écologistes engagés aussi, eux qui savent que leurs combats est incompatible avec la société de profit, de prédation parfois, de consommation à outrance. Non moins présent, des citoyens associatifs , venus du champ social ( touchant la santé, le logement, la lutte contre toutes les formes de discrimination, la jeunesse dans son ensemble et nos étudiants en particulier), comme du domaine de la culture sous toutes ses formes, qui est une manière essentielle de construire notre Vivre Ensemble. Les représentants également de tous les quartiers de la ville, quelque soit leur origine sociale, politique, culturelle, religieuse.

C’est un formidable espoir. Cette espérance, elle va d’ailleurs, au delà de notre cité, elle concerne notre territoire métropolitain, notre région, notre pays. Une autre politique, une nouvelle politique est possible. Nous sommes la seule alternative profonde et crédible à l’équipe municipale en place, car nous la combattons à la racine.

La démocratie participative à la place d’une grotesque autocratie, l’égalité effective entre les quartiers à la place d’une ségrégation toujours plus destructrice, que tant de nos concitoyens vive et ressente, la souveraineté et l’émancipation populaire et non le pouvoir opaque et clientéliste aux mains de quelques-uns.

La politique à Aix comme ailleurs a besoin de clarté. Ne vous laissez pas abuser par ceux qui vous disent que tout se vaut. C’est, au contraire, le débat, la distinction de choix politiques différents quant à ce que doit être notre ville, comme la société, qui permet la démocratie et fait la noblesse de la politique. Tout ne fait que commencer.

Nous organisons avec vous, et ce ne sera jamais sans vous, un nouveau temps politique. Les immenses difficultés du quotidien, l’inégalité et l’injustice toujours croissantes, le cynisme du gouvernement de notre pays aurait pu décourager. Il n’en n’est rien. Le mouvement social s’organise, sa réponse est déjà d’une ampleur exceptionnelle. Le temps n’est plus à courber l’échine, mais, à l’inverse, d’être ensemble, tous ensemble, car il n’y a que comme cela qu’on est forts, acteurs de nos vies.

Le temps de l’émancipation collective est venue, surtout s’il est relayé , poursuivi, par un projet politique qui n’a pas de doute sur ses valeurs, qui retrouve le monde du travail, les classes moyennes et populaires, mais aussi, tous ceux et celles, éclairés, qui comprennent qu’on ne peut plus continuer ainsi.

Commençons ici à Aix, là où certains ne l’attende pas .Commençons une politique totalement nouvelle, celle que nous allons partager ensemble.

Marc Pena

Samedi 7 décembre 2019.

Discours de Marc Pena le 7 décembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *