Le collectif « Aix en partage » cherche à séduire la société civile

par Gladys Teglia 6 septembre 2019 à 06h50 (modifié le 6 septembre 2019 à 08h38) À la uneMairie d’Aix-en-Provence. Photo : archives Gomet’

« Rassembler autour des idées, au-delà des clivages et des conflits d’égo», c’est le pari tenté par le collectif « Aix en partage », qui appelle les Aixois à participer à ses ateliers autour des questions sociales, démocratiques et environnementales le 10 septembre prochain.  

À six mois des municipales, la mobilisation politique s’intensifie. Le collectif Aix en Partage, fondé en juin dernier par des élus de gauche (PS, PCF, Générations, Parti Occitan, Nouvelle Donne, Gauche Républicaine & Socialiste) et des membres de la société civile, cherche à séduire les Aixois afin de co-construire un projet pour la ville. « Nous souhaitons enrichir notre panel de citoyens, il n’y a peut-être pas assez de femmes, de jeunes, ni de membres des quartiers populaires », admet Marie-Paule Grossetete, membre du collectif et militante féministe, avant d’inviter le plus de personnes à s’exprimer et à s’engager lors de la réunion publique. Elle se tiendra le 10 septembre à 19h, au restaurant Les Arcades. Au menu de la soirée : trois ateliers « pour faire d’Aix une terre de progrès social partagé, plus démocratique » et de la faire « basculer dans une transition écologique et durable ».

En attendant Les Verts et LFI ?

Les membres du collectif savent que la tâche ne sera pas aisée, étant donné « le phénomène de marginalisation » d’une partie de la population des quartiers, qui ne se rend pas aux urnes. Selon le conseiller municipal Hervé Guerrera (Parti Occitan), l’un des piliers du collectif, « il n’y aura de rassemblement citoyen s’il est représentatif des Aixois dans sa diversité sociale, géographique et culturelle ». De fait, femmes, ouvriers, pompiers, personnel du Smur en grève et tout autre profil sont sollicités afin de rendre l’initiative plus éclectique. 

Côté soutien politique, la France Insoumise n’a pas pris position sur un possible ralliement mais la porte reste toujours entrouverte. « On est en discussion », confie Luc Foulquier qui déplore que les Verts manquent à l’appel. Une chose est certaine, il n’y aura pas d’alliance avec Anne-Laurence Petel, l’actuelle députée de la 14e circonscription des Bouches-du-Rhône et candidate officielle de LREM pour les prochaines municipales aixoises. En savoir plus : Anne-Laurence PetelMaryse Joissains

Gladys Teglia

Gladys Teglia

Le collectif « Aix en partage » cherche à séduire la société civile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I confirm

Retour en haut