Démocratie

La démocratie n’est pas seulement une valeur, c’est une pratique  quotidienne reposant sur un juste équilibre entre la représentation politique, exercée par les élu.e.s municipaux.ales, et la participation citoyenne, associant le plus grand nombre d’Aixois.es.
L’exercice de l’action civique, citoyenne, syndicale ou politique est aujourd’hui entravé au sein de l’espace public. 
De nombreux.es habitant.e.s se sentent exclu.e.s des choix politiques et expriment une défiance à l’égard de leur.e.s représentant.e.s.
Pour réduire ce fossé et mener des projets partagés, nous proposons de remettre les citoyen.ne.s au coeur des prises de décision, de l’élaboration et du suivi des politiques publiques.
Nous souhaitons rénover la démocratie locale et assurer une citoyenneté de plein exercice, pour que le devenir de notre ville soit l’affaire de tou.te.s.

Nous suivre










24. Créer des “Conseils citoyens de quartier”, représentatifs de tous les habitants, à partir de 16 ans, et des acteurs participant à la vie de la cité. Ils seront paritaires, dotés d’un budget propre pour mener à bien leurs projets participatifs et d’un pouvoir d’alerte, de saisine et d’interpellation de la municipalité. Un agent municipal sera affecté à chaque Conseil afin d’assurer un suivi administratif, en lien avec les adjoints de quartier, et de veiller à la construction de liens inter-quartiers. Ils constitueront ainsi la pierre angulaire du débat municipal. 

25. Instaurer la possibilité d’organiser des Référendums d’Initiative Citoyenne (RIC) municipaux, et fixer un seuil réaliste de déclenchement.
Le Conseil municipal pourra également consulter la population par cet outil démocratique.
Instituer un droit de pétition, permettant de demander une inscription à l’ordre du jour du Conseil municipal.

26. Organiser des Conférences citoyennes consultatives sur les grandes orientations budgétaires et les projets structurants de la Ville d’Aix-en-Provence. 
Créer un forum citoyen numérique municipal pour faciliter l’expression des habitants et l’organisation des débats et consultations tout au long du mandat.

27. Demander à tous les élus municipaux de réaliser un compte-rendu de mandat périodique de leur activité, dans un domaine précis, en suivant le calendrier des grands projets et des grandes orientations de la vie communale.
Rendre obligatoire la déclaration de patrimoine des élu.e.s municipaux.les.
Créer une “Charte de l’élu.e”, reprenant les éléments de la Charte “Anticor”, définissant leurs engagements, responsabilités et les modalités de soumission au contrôle démocratique.

28. Mettre fin au clientélisme et organiser de manière transparente le recrutement et la gestion du personnel municipal.

29. Garantir le droit fondamental à une libre expression civique, citoyenne, syndicale et politique au sein de l’espace public. 
Mettre à disposition des salles municipales pour assurer l’organisation des réunions des associations, syndicats et partis politiques.
Renforcer l’information du public et engager un nouveau dialogue social au sein des services municipaux. 
Ouvrir une Maison des syndicats au sein de la zone d’activités des Milles.

30. Assurer une retransmission en direct des Conseils municipaux aux Aixois.es. et envisager une délocalisation ponctuelle dans les quartiers.
Ils deviendront ainsi accessibles à l’ensemble des citoyens.
Renforcer la prise en considération des travaux du Conseil municipal des jeunes, en lien avec les associations et acteurs de l’éducation, et adjoindre un « Conseiller jeune » à chaque Conseiller municipal membre de l’exécutif. 

31. Transformer les Mairies annexes en “Maisons de quartier”, cogérées avec les Conseils citoyens de quartier et les associations, pour assurer un traitement équitable de l’ensemble des quartiers de la Ville d’Aix-en-Provence.
Elles seront le lieu d’expression et d’animation privilégié pour l’organisation d’activités, de permanences d’assistance sociale, de rencontres entre écrivains publics, associations de quartier et l’affichage de panneaux d’expression citoyenne.
Elles joueront un rôle fondamental d’expression citoyenne.
Elles devront contribuer à maintenir les services publics et continuer à accueillir des cérémonies.

32. Favoriser les activités et missions d’intérêt général, en renforçant la liberté et le rôle de contre-pouvoir des associations. 
Augmenter significativement la part du budget municipal consacrée au financement de la vie associative.
Renforcer la politique de Conventionnement pluriannuel des associations pour leur donner des perspectives d’avenir et leur assurer les moyens financiers et matériels pour inscrire leur action dans la durée et garantir ainsi leur indépendance.  
Créer une Commission d’attribution des subventions, fonctionnant de manière transparente, sur la base de critères clairs et partagés.

33. Créer des Centres-aérés de proximité, par quartier, et développer les moyens d’actions d’éducation populaire, renforçant les liens entre écoles et lieux d’activités culturelles et sportives.
Réaliser de nouveaux équipements publics à destination des jeunes de l’ensemble des quartiers. 
Accroître les moyens des Centres sociaux pour les ouvrir plus largement aux rencontres entre les habitants inter-quartiers.

34. Assurer le droit fondamental à une meilleure qualité de vie et de tranquillité publique au sein de tous les quartiers. 

Redéfinir les missions de la police municipale et des agents de surveillance de la voie publique (ASVP). Donner la priorité au Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), comme espace de médiation permettant à l’ensemble des acteur.trice.s public.que.s de définir une politique de sécurité adaptée à la ville et ses habitant.e.s. Faire prévaloir la présence humaine au sein de l’espace public plutôt que la systématisation de la vidéosurveillance, et assurer la présence des îlotiers. 

35. Faire de la gestion publique du bien commun la règle, et de la délégation au privé l’exception, puisqu’il n’existe pas de démocratie sans souveraineté.
Veiller à ce que le principe de délégation de service public au privé réponde à une logique d’utilité et d’efficacité sociale.
S’opposer à tout partenariat public privé (PPP).

36. Demander à l’ensemble des élu.e.s municipaux.ales issu.e.s de la liste d’Aix en Partage de s’engager à œuvrer pour que la politique menée par la Métropole Aix-Marseille-Provence soit mise en cohérence avec les valeurs fondamentales portées par Aix en Partage. 
Rejeter toute forme locale de pouvoir non démocratique et tout cumul de mandats.
Rompre avec les isolements communaux au sein de la Métropole.
Construire une véritable solidarité territoriale, en renforçant les coopérations entre les communes, à l’échelle métropolitaine.
Faire de la commune le lieu privilégié de l’exercice des compétences de proximité.
Développer les grands projets et schémas structurants pour l’ensemble du territoire métropolitain, au niveau des transports, du développement économique, du logement et de l’environnement.
Promouvoir le renouveau démocratique, la transparence et une plus grande clarté dans le fonctionnement de l’institution métropolitaine.