Aix en Partage

Pollutions, réchauffement et dérèglement climatique, disparition des espaces naturels et agricoles, nuisances, agressions sonores et visuelles… il y a urgence. Il y a urgence à proposer dès maintenant une transition écologique pour nos enfants et petits-enfants, une ville durable avec un autre aménagement du territoire, une autre politique des transports, une autre gestion de la nature.

Nous mettrons en œuvre une politique écologique sociale, non discriminante envers les plus précaires : urgence sociale et urgence climatique et écologique sont indissociables !

Nous suivre










1. Protéger et réhabiliter les espaces et habitats naturels

et zones Natura 2000 et sites classés, comme ceux de la Sainte Victoire et du plateau de l’Arbois, les milieux aquatiques et aussi la nature plus ordinaire, pour préserver la biodiversité sauvage et cultivée et les paysages.

Protéger l’espace agricole, créer des zones agricoles protégées, et favoriser une agriculture variée, durable et locale permettant des circuits courts de commercialisation

2. Préserver les dernières grandes coupures d’urbanisation et rompre définitivement avec l’étalement urbain, l’artificialisation des sols et la surconsommation d’espaces naturels et de terres agricoles.

Stopper le développement des grandes surfaces commerciales en périphérie et la construction « d’isolats », d’ensembles urbains « au milieu de nulle part », pour construire une ville durable adaptée aux populations aujourd’hui condamnées à se déplacer en voiture.

3. Stopper l’urbanisation des zones à forte vulnérabilité face aux risques naturels

(inondations, ruissellement urbain, feux de forêt…) et remettre en cause les pratiques d’imperméabilisation des sols. Actualiser les documents de prévention à la lumière du dérèglement climatique

4.Renforcer, revitaliser les parties déjà urbanisées, développer commerces et artisanats de proximité, services et activités

dans le centre, les quartiers et les villages, y construire les logements nouveaux en y favorisant la mixité sociale, réhabiliter les logements vacants du centre-ville. Faire de la structuration des transports le fil conducteur de l’urbanisation nouvelle, en particulier autour des pôles d’échange entre les différents modes de transport. Mener une politique foncière active, saisir toutes les opportunités foncières et immobilières et utiliser le droit de préemption (à l’amiable ou par expropriation) chaque fois que nécessaire.

Impulser qualité des nouvelles constructions de logements et d’équipements et création architecturale.

Installer des toilettes publiques gratuites, des points d’accès à l’eau potable et des bancs publics.

 

5. Redonner sa place à la nature en ville,

végétaliser, créer des coulées vertes, étendre le Parc naturel urbain, promouvoir le permis de végétaliser et accompagner les aixois vers le jardinage urbain, créer des îlots de fraicheur, développer les jardins partagés. Donner envie d’habiter en ville par la qualité des services rendus et un cadre de vie agréable. Des plantes et des arbres, pas du béton et du bitume, partout où c’est possible !

6. Rendre tous les quartiers, hameaux et villages accessibles au centre-ville en transports en commun en moins de 15 minutes.

Retrouver une mobilité apaisée pour tous, en réduire la gêne, la pénibilité et le coût

En finir avec le tout-automobile et répondre enfin aux besoins de déplacement en transports en commun et modes doux, par une offre et une qualité de service à la hauteur d’une ville de plus de 140 000 habitants.

Instaurer la gratuité des parkings relais et la gratuité de l’ensemble du réseau de transports en commun pour les moins de 25 ans, les étudiants et les plus modestes. Aller progressivement vers la gratuité totale pour tou.te.s.

Moderniser le réseau d’Aix-en-Bus, en améliorer les fréquences et l’amplitude horaire, prolonger la ligne A du Bus à Haut Niveau de Service jusqu’au Val Saint-André (parking Malacrida) ; adapter l’offre de bus (des bus plus et plus nombreux pour la ville) ; mettre en place des cars à haut niveau de service entre Aix et les communes périphériques.

Créer de nouvelles gares routières, couplées avec des parkings relais, bien desservies avec des bus urbains (par exemple à Malacrida, aux Platanes et à la Calade).

Mettre à l’étude une nouvelle ligne de BHNS entre le Nord et le Sud de la ville.

Œuvrer à la réouverture de la ligne ferrée Aix-Rognac aux voyageurs, entre le centre-ville d’Aix, la Pioline, Plan d’Aillane, la zone industrielle des Milles, La Duranne et la gare TGV.

Renforcer la ligne des Alpes en créant de nouvelles gares dans le pays d’Aix, en lien avec les pôles d’échanges multimodaux, les zones d’habitat et les parcs de stationnement.

Augmenter les fréquences entre Aix et Pertuis et multiplier les liaisons multimodales au départ de la gare de Pertuis et des autres points d’arrêt.

Mettre en œuvre un véritable Plan Vélo pour renforcer l’usage quotidien de ce mode de déplacement : assurer la continuité, la sécurité, le confort et l’entretien des voies cyclables et des cheminements piétons en ville, dans les quartiers et les « villages » et entre eux ; créer une voie cyclable en site propre du centre-ville vers Plan d’Aillane et la zone des Milles ; développer l’intermodalité avec les transports en commun ; installer des abris vélos.

Remettre en état les trottoirs dégradés.

Aider à l’organisation de co-voiturage dans les secteurs d’habitat dispersé.

7. Mettre en place une limitation à 30 km/h partout en centre-ville,

au cœur des quartiers, des « villages » et sur la toute première couronne, et à 70 km/h sur autoroute urbaine, pour lutter efficacement contre la pollution, retrouver une qualité de l’air, réduire les pollutions sonores. Retrouver ainsi une quiétude urbaine. Ce sera aussi un bénéfice pour la santé des habitants.

8. Affirmer le droit à une alimentation saine, rendre la cantine gratuite pour les familles à faibles revenus et revoir la tarification sociale. Proposer au moins 50 % de produits bio et en circuits courts

courts (issus le plus possible de productions locales) dans la cuisine centrale d’ici 2026 avec une perspective ultérieure de 100 %.  Présenter des menus quotidiens non carnés dans les cantines. 

Manger local, bio, de saison et de qualité, c’est soutenir l’agriculture paysanne ! 

9. Mettre en place une tarification progressive et pénaliser la surconsommation d’eau

pour préserver notre ressource commune. Instaurer la gratuité des premiers mètres cubes d’eau afin de garantir l’accès pour tou.te.s à ce bien commun de l’humanité.

Maintenir dans le domaine public la gestion de l’eau.

10.Impulser le développement des énergies renouvelables à Aix et dans le Pays d’Aix. Mieux maîtriser les consommations énergétiques

par un programme ambitieux de lutte contre les passoires thermiques (bâtiments publics, logements anciens) et une orientation de la commande publique vers la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables. Engager une réflexion et une concertation sur les terrasses extérieures chauffées.

11. Veiller à une prise en compte exigeante des normes sociales et environnementales dans les marchés publics.

Sanctionner les pollueurs et mener des actions d’éducation à l’environnement pour devenir une collectivité responsable ! Soumettre toutes les décisions municipales (à partir d’un certain seuil) à étude d’impact social et environnemental.

12. Créer des déchetteries adaptées aux besoins de la population, valoriser le tri sélectif et l’économie circulaire

pour réduire la génération de déchets. 

Développer le ramassage des déchets organiques et l’installation de composts municipaux dans les quartiers et villages. Installer des points de collecte de mégots.

Etudier la mise en place d’une tarification incitative à la réduction et au tri des déchets.

Éradiquer les décharges sauvages de déchets inertes, notamment sur le site classé de l’Arbois. 

13. Impulser le développement économique

en direction de l’agriculture biologique, de la lutte contre le changement climatique, de la transition énergétique, de l’économie sociale et solidaire et de l’innovation.

Sanctuariser l’espace agricole et aider au développement d’une agriculture variée et durable (biologique).

Promouvoir et soutenir le développement de l’économie sociale et solidaire (associations, coopératives…) dans le Pays d’Aix, afin de mieux répondre aux besoins d’emploi, de produits et services utiles à la population.

Accélérer la rénovation thermique des bâtiments publics et des logements sociaux, ce qui accroîtra la capacité de commande aux entreprises aixoises pour les travaux correspondants.

Développer une politique d’aide aux PME en matière de réponse aux marchés publics (en liaison avec le monde économique et les chambres consulaires).

Recentrer la commande et les achats publics pour soutenir aussi bien l’agriculture paysanne que la filière énergies renouvelables (panneaux solaires, photovoltaïque, petit éolien…) ou les acteurs de l’économie sociale et solidaire. Privilégier les commandes (sous le seuil des marchés publics) à des entreprises locales satisfaisant aux normes sociales et environnementales.

Mettre à disposition locative des locaux en centre ancien pour les activités commerciales et artisanales de proximité.

Favoriser l’économie d’innovation en aidant le développement de relations de coopération entre Université/Recherche et monde économique.

Favoriser les choix de consommations locales saines, socialement responsables par le soutien à une monnaie locale.

close
Suivre l'actualité du groupe municipal :