Écologie

Il y a urgence, pour nous, urgence pour nos enfants et petits-enfants, urgence maintenant et demain. 
Les canicules à répétition, les inondations et la pollution de l’air entravent sérieusement notre espérance de vie.
Les difficultés à se loger, le temps perdu dans les déplacements et les nuisances sonores contribuent à la dégradation du cadre et de la qualité de vie des Aixois.es.
Notre ville est en perte de diversité, de vitalité et de dynamisme. Son centre ancien, insuffisamment entretenu, se dégrade autant qu’une grande partie des quartiers et villages. La biodiversité, les espaces naturels et agricoles sont mis à mal par une urbanisation continue et une artificialisation galopante.
Les réalisations menées ces dernières années manquent d’ambition et ne sont pas à la hauteur des enjeux. 
Une municipalité responsable se doit d’investir durablement et sérieusement pour l’avenir de tou.te.s les Aixois.es.  Mieux vivre ensemble et répondre à l’urgence climatique et écologique forment les deux faces d’une même médaille !

Nous suivre










1. Protéger et réhabiliter les espaces et habitats naturels pour préserver la biodiversité et faire d’Aix une ville bioclimatique.
Des plantes et des arbres, pas du béton et du bitume, partout où c’est possible !

2. Mettre en place une tarification progressive et pénaliser la surconsommation d’eau pour préserver notre ressource commune.
Instaurer la gratuité des premiers mètres cubes d’eau afin de garantir l’accès pour tou.te.s à ce bien commun de l’humanité.
Maintenir dans le domaine public la gestion de l’eau.

3. Affirmer le droit à une alimentation saine, rendre la cantine gratuite pour les familles à faibles revenus et revoir la tarification sociale.
Proposer au moins 50 % de produits bio et en circuits courts dans la cuisine centrale et des menus quotidiens non carnés dans les cantines. 
Manger local, bio et de qualité, c’est soutenir l’agriculture paysanne ! 

4. Engager une politique de relance de la construction de logements sociaux confortables et bien isolés pour le plus grand nombre, pour combler le déficit chronique de plusieurs milliers de logements.
Disposer d’une plus grande maîtrise publique du foncier, bâti et non bâti, au service de la production du logement social, de la mixité sociale et intergénérationnelle, du maintien du commerce et de l’artisanat de proximité, dans le centre ancien, les quartiers et les « villages ».
Assurer un strict respect de la Loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU). 
Affirmer le droit au logement des ménages les plus modestes par le rattrapage de la part des logements très sociaux dans le parc public et l’application effective de la loi sur le Droit au Logement Opposable (DALO), pour permettre à tou.te.s les Aixois.es d’accéder à un logement décent, indépendant et de s’y maintenir.
Instaurer un dispositif d’encadrement des loyers et lutter contre le logement indigne et insalubre, pour permettre au plus grand nombre d’accéder à un habitat digne, sain et moins coûteux.
Garantir un accueil digne des personnes les plus vulnérables pour répondre à l’objectif « zéro sans abri » dans 6 ans, grâce à une centaine d’abris corrects, sécurisés et encadrés pour les personnes sans domicile fixe.

 

5. Rompre définitivement avec l’étalement urbain, l’artificialisation des sols et la surconsommation d’espaces naturels et de terres agricoles, pour préserver les dernières grandes coupures d’urbanisation.
Stopper l’étalement des grandes surfaces en périphérie et la construction « d’isolats », d’ensembles urbains « au milieu de nulle part », pour construire une ville durable adaptée aux populations aujourd’hui condamnées à se déplacer en voiture !

6. En finir avec le tout-automobile et répondre enfin aux besoins de déplacement en transports en commun et modes doux, par une offre et une qualité de service à la hauteur d’une ville de plus de 140 000 habitants.
Instaurer la gratuité des parkings relais et la gratuité de l’ensemble du réseau de transports en commun pour les moins de 25 ans, les étudiants et les plus modestes. Aller progressivement vers la gratuité totale pour tou.te.s.
Moderniser le réseau d’Aix-en-Bus et prolonger la ligne A du Bus à Haut Niveau de Service (jusqu’à Malacrida), pour retrouver une mobilité apaisée pour tous, en réduire la gêne, la pénibilité et le coût.
Mettre à l’étude une nouvelle ligne de BHNS entre le Nord et le Sud de la ville.
Rouvrir la ligne ferrée Aix-Rognac aux voyageurs, dans une logique de tram/train entre le centre-ville d’Aix et Plan d’Aillane/La Duranne.
Renforcer la ligne des Alpes en créant de nouvelles gares dans le pays d’Aix, en lien avec les pôles d’échanges multimodaux, les zones d’habitat et les parcs de stationnement.
Multiplier les liaisons multimodales au départ de la gare de Pertuis et des autres points d’arrêt.
Assurer la continuité et l’entretien des voies cyclables et des chemins piétons entre les quartiers et les « villages », pour se déplacer et vivre autrement !

7. Mettre en place une limitation à 30 km/h partout en centre-ville, au cœur des quartiers, des « villages » et sur la toute première couronne, et à 70 km/h sur autoroute urbaine, pour lutter efficacement contre la pollution, retrouver une qualité de l’air et une quiétude urbaine.
Faire de la lutte contre les pollutions sonores et visuelles une priorité.

8. Mieux maîtriser les consommations énergétiques par un programme ambitieux de lutte contre les passoires thermiques (bâtiments publics, logements) et une orientation de la commande publique vers la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables.

9. Contractualiser uniquement avec les entreprises qui s’engagent à respecter les normes sociales et environnementales pour favoriser l’investissement public.
Sanctionner les pollueurs et mener des actions d’éducation à l’environnement pour devenir une collectivité responsable !

10. Créer des déchetteries adaptées aux besoins de la population, valoriser le tri sélectif et l’économie circulaire pour réduire la génération de déchets. 
Éradiquer les décharges sauvages de déchets inertes, notamment sur le site classé de l’Arbois. 

11. Stopper l’urbanisation des zones à forte vulnérabilité face aux risques naturels (inondations, ruissellement urbain, feux de forêt…) et remettre en cause les pratiques d’imperméabilisation des sols.
Actualiser les documents de prévention à la lumière du dérèglement climatique !