Solidarité

Aix reflète l’image d’une ville riche, alors qu’en réalité, elle est surtout très inégalitaire. Si le taux de chômage est identique à la moyenne nationale, en revanche il peut atteindre jusqu’à 22% au sein des quartiers les plus défavorisés, tels que Corsy, Beisson, une partie du Jas de Bouffan et Encagnane. 
La pauvreté frappe aujourd’hui plus de 20 000 personnes à Aix et  constitue un obstacle majeur à l’exercice de la citoyenneté. L’accès aux droits au logement, à l’emploi, aux transports, aux soins et à l’ensemble des services publics de proximité n’est pas garanti à l’ensemble des Aixois.es.
Notre priorité consiste à réduire les inégalités sociales, pour mettre fin à toutes les formes de discriminations et permettre à tou.te.s. de mieux vivre à Aix.

Nous suivre










12. Faire du maintien à domicile des personnes âgées une priorité, à travers la mise en place de solutions de logement alternatives et intergénérationnelles (ex : logement partagé), entre secteur public et secteur privé. 
Accroître les crédits des associations d’aidants. 
Assurer le maintien des ménages de grand âge dans le logement social qu’elles occupent.
Augmenter le nombre de places en Unités de Vie Protégées (UVP), pour répondre aux besoins des personnes âgées, en situation de handicap, des malades d’Alzheimer et de toute personne atteinte de démence.

13. Agir avec détermination, en tant que municipalité représentant les usagers, pour la défense et l’amélioration du Centre Hospitalier Intercommunal public Aix-Pertuis (augmentation du nombre de lits, des moyens d’équipements et des effectifs du personnel médical).

14. Accompagner les jeunes vers l’emploi, par un suivi personnalisé et renforcé.
Augmenter le nombre de places en foyers de jeunes travailleurs dans le Pays d’Aix. Expérimenter le dispositif « zéro chômeur de longue durée ».

15. Mettre en place une régie communale des crèches. 
Renforcer le droit à l’éducation par une plus grande prise en charge publique du soutien scolaire et des activités périscolaires.
Tendre vers une plus grande mixité sociale dans l’application de la carte scolaire.
Créer un réseau mutualiste spécifique aux étudiant.e.s, afin de leur éviter d’avancer les frais de santé.

16. Promouvoir et soutenir le développement de l’économie sociale et solidaire (associations, coopératives…) dans le Pays d’Aix, afin de mieux répondre aux besoins d’emploi, de produits et services utiles à la population.

 

17. Créer une délégation à l’égalité femmes-hommes.
Porter l’égalité entre les femmes et les hommes à un niveau d’exemplarité au sein des services municipaux, pour en faire une question transversale à toutes prises de décisions.
Rendre effective l’égalité professionnelle dans tous les services et appliquer les règles de parité au sein des instances dépendant de la municipalité.
Renforcer l’égalité entre les femmes et les hommes à travers des politiques volontaristes : promotion de la mixité à l’école et dans la pratique sportive, charte de bonnes pratiques et actions de lutte contre les violences faites aux femmes.
Prioriser l’aide sociale aux familles monoparentales.
 

18. Créer une délégation au handicap.
Faire du handicap une grande cause municipale, pour garantir à 100 % l’accès à l’espace et à tous les services publics. 
Renforcer l’aide aux associations aidant les personnes en situation de handicap et le réseau des aidants familiaux. 
Obliger les bailleurs sociaux à résoudre tous les problèmes d’accès au logement.

19. Créer une délégation à la lutte contre les discriminations.
Veiller tout particulièrement à lutter contre l’intolérance et la discrimination envers les musulmans.
Renforcer l’engagement de la municipalité dans la promotion de toutes formes d’action laïque et envers la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.
L’adjoint.e délégué.e sera chargé.e d’impulser des actions de promotion de l’égalité, de mise en oeuvre des droits et de la formation. Il ou elle examinera chaque décision municipale, afin de vérifier qu’elle réponde au principe d’égalité entre les citoyens. 
Accorder à toutes les religions, en fonction de leurs besoins, la même possibilité d’obtention de baux emphytéotiques, afin qu’elles puissent réaliser leurs lieux de culte.

 

20. Mener une politique culturelle pour toutes et tous.
Renforcer le lien entre les écoles, les lieux culturels, les professionnels et les associations, notamment les petites structures, les Maisons de quartier et les Centres sociaux, en leur facilitant l’accès aux grands équipements publics municipaux, pour développer une culture diversifiée et décentralisée dans l’ensemble des quartiers et « villages » d’Aix-en-Provence.
Développer la pratique de la langue régionale occitan/langue d’Oc, dynamiser le spectacle vivant et les arts de la rue. S’appuyer sur la culture provençale pour mieux vivre ensemble et partager le goût de la fête !
Créer un Festival des Arts Urbains (street art, danse, musique, théâtre d’impro, concours d’éloquence…), en partenariat avec les Centres sociaux, les associations culturelles, les écoles et les collèges.
 

21. Renforcer le maillage de tout le tissu associatif sur l’ensemble du territoire et la coordination entre les acteurs du domaine social et de la solidarité.

Impulser un véritable réseau associatif, répondant à toutes les problématiques écologiques, sociales et démocratiques rencontrées par les Aixois.es.
Donner plus de visibilité aux acteurs de terrain, à considérer comme des interlocuteurs privilégiés.

22. Renforcer le soutien aux associations accompagnant les migrants et proposer une intervention directe de la municipalité pour garantir leur accueil.
Développer des coopérations bilatérales entre la ville et les pays des rives méditerranéennes. 
Assurer un accueil digne des gens du voyage dans le Pays d’Aix, par la mise en œuvre du schéma départemental qui les concerne.
Accompagner les Roms vers la scolarisation, les soins, l’activité économique et l’emploi.

23. Définir un plan d’action pour la défense du bien-être animal et le refus de sa maltraitance. Faire de la protection animale un outil de réinsertion des personnes en détresse sociale, d’accompagnement des personnes âgées et de soutien aux enfants dans un cadre thérapeutique.